bandeau GEMA

GEMA

Former des gestionnaires des milieux aquatiques (conservation, réhabilitation, protection) pour une gestion durable et intégrée des ressources en eau

Gestion des Eaux et des Milieux Aquatiques

Cette formation confère le diplôme du Master Gestion de l'Environnement (Parcours : Sciences de l'Eau)

Présentation de la formation

Responsable de la finalité
Description

Sciences de l'eau a pour vocation de former des professionnels de la gestion raisonnée et intégrée des ressources en eau, des eaux de surface et des zones humides. Depuis la création de cette formation en 2005, plus de 450 étudiants ont été diplômés. Ils ont intégré des structures privées et publiques (bureau d'études, syndicat de rivières, services environnement d'entreprises et de collectivités territoriales, agences de l'eau, industries). 

La bio du responsable

Jean-Luc Boudenne - Professeur d'université - Laboratoire de Chimie de l'Environnement (AMU-CNRS)

Ma recherche porte sur la mise au point de techniques analytiques pour l'analyse des contaminations organiques et métalliques dans les eaux, sur site et en laboratoire.

Actuellement, je travaille plus particulièrement sur l'identification de la nature et des niveaux de concentration des sous-produits de chloration dans différents milieux (rejets industriels en eau de mer, eaux de loisirs) ainsi que sur l'étude de leur devenir dans l'environnement; en collaboration avec des pharmaciens et des toxicologues, nous identifions les effets sanitaires et environnementaux de ces produits et de leurs métabolites.

Au niveau enseignement, je suis responsable de la finalité GEMA depuis 2005 ... GEMA un jour, GEMA toujours!

Gémaquatiquement vôtre,

Jean-Luc Boudenne

Contact du responsable

Jean-Luc BOUDENNE
jean-luc.boudenne@univ-amu.fr
Contenu - colonne de gauche

Le mot du responsable

Allier la préservation des ressources en eau (qualité et quantité) afin d'assurer la pérennisation de ses usages pour les activités humaines (irrigation, pêche, eaux potables, eaux récréatives, ...) tout en assurant la sécurité des biens et des personnes (lutte contre le risque inondation), tel est le challenge relevé par la formation GEMA.

Pour y parvenir, cette formation combine des enseignements fondamentaux et appliqués dans les disciplines de la biologie (écologie et microbiologie), de l'hydrologie, de l'hydraulique et du génie des procédés (traitement de l'eau), sans oublier l'acquisition de compétences et connaissances transverses incontournables (géomatique, droit, statistiques et anglais) pour devenir chargé de projet ou de mission auprès des différentes structures d'embauche des diplômés GEMA.

L’équipe pédagogique

Ce parcours fait intervenir des enseignants-chercheurs de plusieurs laboratoires de recherche de l'université (pluridisciplinarité des compétences apportées par le LCE, IMBE, CEREGE, LPED) et d'organismes de recherche (IRSTEA, CEA), d'appui à la recherche (Agence française de la Biodiversité, Agence de l’eau, Maison régionale de l’eau) et de socio-professionnels opérant dans les syndicats de rivières, les collectivités territoriales, les bureaux d'études d'impact environnemental ou en hydraulique.

obstacle sur l'Arc

Contenu - colonne de droite

Pédagogie

Le troisième semestre du M2 GEMA vise à conforter les compétences en 

  • hydrologie appliquée et hydraulique urbaine
  • prévention des inondations
  • conservation et réhabilitation
  • traitement et épuration des eaux

Des enseignements connexes en connaissance des marchés publics, création d'entreprise, communication de crise et anglais (passage du TOEIC) viennent parfaire la panoplie du futur chargé de projet/mission en environnement.

Compétences

Le diplômé GEMA maîtrise des compétences scientifiques et techniques en hydrobiologie, hydrologie, hydrogéologie, hydrogéomorphologie, hydrogéogéochimie, hydraulique, analyses chimiques, lui permettant de:

  • proposer des outils de diagnostic et de surveillance de la qualité de l'eau et des milieux, par la conception et la mise en œuvre de stratégies d’échantillonnage et d’analyse, à la fois des contaminants chimiques et microbiologiques des eaux, ainsi que des indicateurs biologiques de pollution ;
  • de mettre en place des outils scientifiques, techniques et réglementaires de conservation et de protection d'espaces et d'espèces, pour la préservation ou la restauration de la qualité de l'eau et des milieux, et/ou à la prévention des inondations.
  • d’élaborer et de mettre en œuvre des stratégies d’améliorations de la qualité des eaux, des outils techniques en vue de la diminution des effets anthropiques sur les ressources en eau et des plans d’action en cas de gestion de crises naturelles (inondations, crues, sécheresse).

Vidange Quinson 2018

scrool down

Vous aimerez aussi...